close

7 clés du succès de FACEBOOK à appliquer à votre startup

cles-du-succes-de-facebook

Facebook a accueilli l’année 2016 avec 1,59 millliards d’utilisateurs actifs (se connectant au moins une fois par mois) et une valorisation à 320 milliards de dollars.
Depuis le lancement du projet dans la chambre d’étudiant de Mark Zuckerberg en 2004 à aujourd’hui, Facebook est devenu un incontournable de l’univers numérique et un exemple de réussite que tout entrepreneur rêve de connaître. Quelles sont donc les clés du succès de Facebook que vous pourrez à votre tour appliquer à votre startup ?

L’ histoire Facebook

D’où vient le nom Facebook ?

Le nom “Facebook” provient des trombinoscopes (“facebooks” en anglais) regroupant les photos de tous les élèves prises en début d’année universitaire.

Dates clés du succès de Facebook

28 Octobre 2003 : Mark Zuckerberg collecte les photos de tous les étudiants de Harvard en piratant les serveurs de l’université et créé Facemash. Facemash compare les filles entre elles, le but étant de voter pour la plus belle. C’est un véritable succès au sein d’Harvard qui permet à Zuck de se faire un nom.

4 Février 2004 : Facebook est lancé ce jour là, dans la chambre d’étudiant de Mark Zuckerberg à la majestueuse université d’Harvard. Une adresse email en harvard.edu est requise pour s’enregistrer et le site disponible à l’adresse thefacebook.com.

Mars 2004 : Thefacebook s’étend aux universités de Columbia, Standford, Yale puis petit à petit dans d’autres universités aux US et au Canada.

Juin 2004 : Le siège est établi dans la Silicon Valley, à Palo Alto .

20 Septembre 2005 : On laisse tomber le “the” et thefacebook.com devient officiellement Facebook après l’achat du nom de domaine facebook.com pour 200 000$.

26 Septembre 2006 : Facebook s’ouvre à tous, à condition d’avoir au moins 13 ans.

19 Décembre 2011 : Le siège est désormais établi à Menlo Park, petite ville limitrophe à Palo Alto, toujours dans la Silicon Valley, dans l’Ouest américain. Facebook y a acheté 80 hectares de terrain dans le but d’y construire Zee-town sa ville campus où pourront résider 9400 employés.

17 mai 2012 : Introduction en Bourse. 421 millions d’actions sont mise en vente au prix de 38$ l’unité.

siege facebook à menlo park en californie
siege facebook à menlo park en californie

 

Des idées qui paient

Principe n°1 : écouter les besoins des potentiels utilisateurs

C’est lors d’une discussion avec un camarade qui lui demande si l’une de ses amies est célibataire que Zuckerberg se rend compte qu’il faut qu’il intègre la situation amoureuse aux profils facebook. La vie étudiante serait-elle donc régie par l’amour et le sexe  ?

Principe n°2 : penser au produit avant le bénéfice

Alors que Eduardo Saverin conseille à Zuckerberg de monétiser le site par de la pub, Zuckerberg est totalement contre car « Facebook c’est cool et c’est pour ça que les gens l’utilisent or la pub, c’est pas cool ». Il juge qu’il serait dommage de gâcher son projet en y ajoutant de la pub sans même savoir ce qu’il peut advenir de Facebook et donc générer une perte d’utilisateurs.

Il s’agit d’attendre d’avoir un produit suffisamment solide avant de vouloir en tirer un bénéfice financier afin de s’inscrire dans une stratégie à long terme. Pour réussir, il vaut mieux courir un marathon plutôt qu’un sprint. Sur le long terme c’est votre produit et vos clients qui créeront votre valeur et votre succès.

Principe n° 3 : créer une réaction en chaîne

S’il vise  l’université X pour y implanter son réseau social mais que celle-ci en possède déjà un, au lieu de courir après cette université il va viser les autres universités à 200km autour de X. Ainsi les étudiants de X qui voient leurs amis utiliser Facebook voudront aussi en faire partie.

Principe n°4 : être là où les choses se passent

Mark Zuckerberg, décide d’établir le siège de Facebook en Californie sur les conseils de Sean Parker (fondateur de Napster), à Palo Alto. Il loue ainsi une maison avec Dustin Moskovitz, Chris Hughes et 2 nouveaux assistants de Facebook grâce à l’appui financier de Eduardo Saverin. Il s’agit d’être là où se crée l’énergie et « où les choses se passent ».

Principe n°5 : un story-telling au point

La Mission de Facebook : « Rendre le monde ouvert et connecté »

Lors de son interview en 2010 lors du D8 (All Things Digital Conference) par Kara Swisher and Walt Mossberg du Wall Street Journal, Zuckerberg est visiblement mis à mal sur la question de la confidentialité de Facebook pour ses utilisateurs. Il transpire tellement que la journaliste lui suggère de retirer son hoodie (sweat à capuche), ce qu’il finit par faire. Dans la doublure de celui-ci est imprimé la mission de Facebook : « making the world open and connected » à travers un schéma mystique et pour le moins étonnant. Voir l’extrait de l’interview.

graphe de la mission facebook

Il ne s’agit pas d’expliquer votre produit de manière technique. En une phrase ou un schéma votre interlocuteur doit comprendre votre projet et la solution qu’il apporte à l’utilisateur final. Sachez raconter votre histoire, comme le dit le proverbe américain « Those who can tell stories rule the world » (Ceux qui savent raconter des histoires dirigent le monde).

Principe n°6 : être agile et rapide

La 1ère version de Facebook a été développée par Zuckerberg en seulement 2 semaines. C’est dans cet esprit qu’il a mis en place les « hackathons » au sein de Facebook. Ils sont nés à partir du postulat que les bonnes idées sont souvent les plus simples et donc rapides à mettre en oeuvre.

Les Hackathons sont organisés tous les 2 mois environ au sein-même du siège de l’entreprise. Chaque développeur a 24h pour mettre au point une nouvelle application. La seule obligation : proposer un projet différent de celui sur lequel ils travaillent dans la journée. Les hackhatons permettent ainsi d’enrichir le site de nouvelles fonctionnalités dans la logique du bêta constant. C’est durant ces hackhatons que sont nés (entre autres) le partage de vidéos, la messagerie instantanée ou le bouton j’aime.

Chez Facebook, tout le monde travaille sur un même plateau, dans un immense open-space. La communication inter-services y est donc facilitée et plus propice à l’échange d’idées et d’informations.

Principe n°7 : bien gérer sa croissance

Mark Zuckerberg était obsédé par l’augmentation du nombre d’inscriptions mais la bonne gestion de la croissance a été l’une des clés du succès de Facebook.

En mars 2004, 1 mois après son lancement, la moitié des étudiants de Harvard sont inscrits sur thefacebook.com, soit environ 6000 personnes. Début 2005, soit 9 mois après son lancement, « thefacebook » atteint 1 million d’utilisateurs actifs.

C’est le début d’une ascension fulgurante et du succès de Facebook tel qu’on le connaît aujourd’hui …

évolution des utilisateurs montrant le succès de facebook dans le monde

Zuckerberg et ses co-fondateurs ont toujours pris garde à ce que leur infrastructure (serveurs, ressources humaines,…) puisse supporter l’augmentation des inscriptions avant de se développer. Ils ont donc conquis petit à petit chaque université en s’assurant que leur radeau tienne la mer. Facebook ne devait connaître aucun dysfonctionnement. Friendster, l’ancêtre des réseaux sociaux qui a vu le jour en 2002 a connu cette mésaventure. Leurs infrastructures back-end n’ont pu supporter le succès qui a été le leur et ils ont mis 1 an pour rétablir cela. Entre temps leurs utilisateurs s’étaient tournés vers d’autres réseaux sociaux. Friendster était mort.

Si elle n’est pas bien accompagnée, une croissance rapide peut être fatale.

Quel avenir pour Facebook ?

A la date de la rédaction de cet article (14/04/2016) l’action Facebook est côtée 110$ au NASDAQ soit une évolution de l’action de 289% depuis son introduction en Bourse un peu moins de 3 ans auparavant.

« Growthbook.com? »

Encore aujourd’hui, la croissance fait plus que jamais partie du crédo de Facebook avec à la tête de la Growth Team, Naomi Gleit. Sa mission est d’aller chercher le milliard d’utilisateurs supplémentaire et de casser les barrières qui empêchent les gens de s’inscrire au réseau social.

L’ Afrique : nouvelle terre d’accueil

L’ Afrique représente un marché gigantesque et Facebook l’a bien compris en souhaitant développer l’accès à Internet sur le continent.

Associé de grands noms de l’industrie mobile, FB a lancé en août 2013 le projet Internet.org visant à permettre l’accès à Internet et à fournir des terminaux mobiles à prix abordable aux 2/3 de la population mondiale qui n’en disposent pas encore. Un accord a d’ailleurs été passé avec la société israélienne Spacecom et l’opérateur Eutelsat afin d’exploiter les capacités haut débit du satellite AMOS-6.

En juillet 2015, FB ouvrait son premier bureau sur le continent africain, à Johannesburg.

De nombreux experts ayant annoncé la mort imminente de Facebook, comme le montre cette étude prévoyant la perte par FB de 80% de ses utilisateurs, ont été contraints de revoir leur copie. Force est de constater que le talent de visionnaire de Mark Zuckerberg assurera très certainement le succès de Facebook pour de longues années encore.

Laisser un commentaire